Fauve 90
Carré de soie imprimé finition roulotté

279,00

Foulard 100% soie Fabrication Française Roulotté à la française

Le carré de soie 90 x 90 est un incontournable de Maison Fétiche, il se porte aussi bien autour du cou, en ceinture ou noué dans les cheveux façon bohème , été comme hiver, il vous portera bonheur partout où vous l’emmènerez.

Afin d’allier tradition, savoir-faire et créativité, Maison Fétiche est allée à la rencontre des meilleurs ateliers français de confection de luxe pour vous offrir ce précieux foulard à la qualité inégalable qui fera de vous une femme élégante et audacieuse.
En savoir plus…

Maison Fétiche vous propose d’agir à travers elle pour la préservation de la planète ainsi pour l’achat de votre foulard de soie. Un euro sera reversé à une fondation qui œuvre pour la nature et le bien-être de l’homme.
En savoir plus…

Dimension:
90 x 90 cm

Conseils & Entretien:
A l’instar de la nature, votre accessoire de soie Maison Fétiche est fragile. Conservez-le plat et dénoué dans la boite prévue à cet effet. Évitez tout contact avec la pluie ou les produits chimiques. Confiez de préférence le nettoyage à un professionnel spécialisé. Cependant, vous pouvez procéder vous-même au lavage de votre accessoire de soie Maison Fétiche à l’eau claire sans frottements intempestifs et sans produits chimiques, puis le laisser sécher plat sur un étendoir.

En stock

Inspiration

Caroline Basuyau montre ici un des mystère des forêts amazoniennes, le jaguar est l’animal fétiche le plus puissant du continent sud américain, les peuples premiers y vouent encore un culte important. Le sujet principal, le jaguar est ici artificiellement sorti du paysage, comme hors contexte, comme si la forêt se retirait devant les pas de l’animal. Dans la vie sauvage, le jaguar est un maillon essentiel de l’équilibre de la nature; il régit et désigne qui doit céder la place. Pourtant, ce grand prédateur est plus fragile qu’il n’y paraît, déforestation, chasse, appauvrissement génétique, si celui-ci tendait à disparaître c’est toute la biodiversité amazonienne qui s’en verrait déséquilibrée à jamais. Par cette analogie du colosse aux pieds d’argile, Caroline Basuyau a voulu montrer que dans la nature l’apparence est souvent trompeuse.

Vous aimerez peut-être aussi…