Coffret "Duo" Théâtre de nuit N°5
1 Carré de soie 90 + 1 Pochette de soie 30

318,00

Duo Foulard et pochette 100% soie Fabrication Française

Le carré de soie 90 x 90 roulotté à la française est un incontournable de Maison Fétiche, il se porte aussi bien autour du cou, qu’en ceinture, en turban ou en bandeau. La pochette de costume 30 x 30 en finition ourlet plat est bien plus qu’un accessoire réservé pour les grandes occasions, avec son style résolument intemporel et un peu Dandy, la pochette Maison Fétiche est devenue un accessoire à elle seule. Elle complétera subtilement votre tenue en lui apportant contraste et personnalité en toute élégance!

Caroline Basuyau s’est inspirée de la complicité privilégiée et indéfectible qu’elle entretient avec son mari pour vous proposer ce joli coffret Duo.

Afin d’allier tradition, savoir-faire et créativité, Maison Fétiche est allée à la rencontre des meilleurs ateliers français de confection de luxe pour vous offrir ces précieux foulards et pochettes à la qualité inégalable qui feront de vous un couple élégant et audacieux.
En savoir plus…

Maison Fétiche vous propose d’agir à travers elle pour la préservation de la planète ainsi pour l’achat de votre foulard de soie. Un euro sera reversé à une fondation qui œuvre pour la nature et le bien-être de l’homme.
En savoir plus…

Dimension:
90 x 90 cm
30 x 30 cm

Conseils & Entretien:
A l’instar de la nature, votre accessoire de soie Maison Fétiche est fragile. Conservez-le plat et dénoué dans la boite prévue à cet effet. Évitez tout contact avec la pluie ou les produits chimiques. Confiez de préférence le nettoyage à un professionnel spécialisé. Cependant, vous pouvez procéder vous-même au lavage de votre accessoire de soie Maison Fétiche à l’eau claire sans frottements intempestifs et sans produits chimiques, puis le laisser sécher plat sur un étendoir.

Plus que 2 en stock

Inspiration

Caroline BASUYAU propose un voyage dans l’intimité à travers cette œuvre extraite d’un ensemble de vingt toiles qui montre une forêt de nuit. Dans l’œuvre globale on peut découvrir des communautés d’oiseaux qui interagissent, tout est bruit et mouvement. Tous les volatiles se répondent et on peut aisément imaginer le cheminement de la communication de chacun. Dans cette cacophonie nocturne, le tableau N°5 est un des seul à proposer un aparté, il montre entre autre deux perroquets qui se blottissent l’un contre l’autre, comme si ils voulaient se mettre à distance du groupe, se trouver un territoire à eux, un foyer pour partager leurs sentiments amoureux à l’écart du monde. C’est une analogie implicite de notre société où le périmètre de l’intime se réduit au profil de l’espace commun, où l’hyper-communication brouille nos sens et nos émotions jusqu’à nier toute véritable singularité.